01 novembre 2009


Rencontre au Cinéma

C'était une journée triste d'hiver, comme il y en a souvent. Le ciel déversait son torrent de larme. Je me demandais ce que j'allais bien faire ce soir là. Rentrer à la maison, passer un jogging confortable et regarder quelques conneries à la télévision.

Depuis quelque mois, ma vie était monotone, pas d'aventure, pas d'amant à l'horizon. Le calme plat quoi.

Je décidais de changer un peu ma routine et cherchais sur Internet les films qui passaient dans les salles. On m'avait parlé d'un film à voir absolument et je finis par trouver la salle qui le projetait. : La fille seule. Sûrement l'histoire d'une fille comme moi.

Je me retrouvais dans une salle avec des gens ordinaires, des couples de jeunes qui venait voir le dernier film à la mode.

Le film débuta et comme je l'avais pressentis, il s'agissait d'un fille banale, qui vivait une vie monotone et qui avait comme seuls amis sa télévision et son magnétoscope : tiens, cela me rappelle quelqu'un. Je commençais à m'ennuyer et une douce torpeur m'envahit.

La fille était en tenue d'intérieur, regardant un film sur le magnétoscope. La caméra se fixa sur son visage. On vit une sorte d'excitation envahir ses traits. La fille jouait très bien la monté du désir. La caméra recula. Je me réveillais alors complètement. La fille se caressait la poitrine et l'entrecuisse avec vigueur sans quitter l'écran des yeux.

La caméra parcourut les parties concernées par les caresses et l'on pouvait voir le doigt de la jeune fille glisser entre les lèvres de son intimité à travers le jogging. Elle plongea ensuite vivement sa main sous le jogging et gémit.

Je rêvais, c'est pas possible. Je regardais les gens autour de moi. Personne ne réagissait aux images. Voyait-on la même chose?

Je regardais à nouveau l'écran alors que la jeune fille se déshabillait. C'était une vraie bombe. La camera détailla le corps fabuleux de la fille. Elle reprit sa place, nue, dans le canapé et repris ses caresses. On pouvait maintenant voir un doigt luisant entrer et sortir de sa chatte juteuse. La fille gémissait de plus en plus. Son clitoris apparut au premier plan.

Les gens dans la salle étaient toujours aussi impassibles. On regardait le porno le plus hard que je n'avais jamais vu, et personne ne bougeait. J'étais dans un état épouvantable. Le désir m'envahissait à la vue des images.

La fille s'empara d'un godemiché et le mit en elle. Sa poitrine semblait dure sous son autre main. Son corps était agité par les assauts de son plaisir. Elle monta doucement vers l'orgasme. Son bonheur éclata soudain et la fille hurla son plaisir alors que son corps se calmait lentement.

Alors que la fille avait atteint son plaisir, le mien commençait à prendre de l'ampleur. Mon corps brûlait. Elle avait fait exactement ce qui m'arrivait de faire de temps en temps. Il m'arrivait de regarder un porno et de jouir ainsi.

Je n'avais pas remarqué que pendant tout ce temps, j'avais glissé ma main sous ma jupe. Je ne portais rien dessous, dans l'espoir d'une rencontre fugace, et surtout que j'aime de temps en temps passer ma mains sur ma toison nue. Cela me calme généralement.

Je glissais un doigt entre les lèvres de mon sexe et, oubliant le lieu et les gens autour de moi, me masturbais doucement.

- Besoin d'aide? Me dit une voix chuchotante près de moi.

Je regardais dans la direction d'où venait la voix. Je découvris une femme que je n'avais pas entendu venir en début de séance. Malgré la pénombre, je constatais qu'elle était très belle, blonde et svelte. Elle portait un tailleur noir. Elle faisait un beau 38C de poitrine et je voyais ses mamelons se dresser sous la robe. Je descendis les yeux et remarquais qu'elle portait des bas noirs sur de belles jambes minces et longues.

Maman, pourquoi une si belle femme, me donnerait elle un coup de main? Elle me regardait avec un sourire coquin. Même dans le plus beau de mes rêves, jamais on ne m'avait fait une telle proposition.

- Oui? J’aimerais beaucoup! lui dis-je en sifflant tellement j'étais excitée.

Elle sourit de plus belle.

- Vous savez ce que je veux dire?

Que me disait-elle? Elle était assise près d'une femme qui se masturbait allègrement. Bien entendu que le secours d'une tierce personne lui pouvait être utile. Je ne pouvais réellement pas penser à autre chose en la voyant.

Je ne lui répondais pas, mais avec hardiesse, je posais ma main libre sur l'une de ses cuisses. Elle frissonna à mon contact. Je sentais que son corps était brûlant. Je suis certaine qu'elle était aussi excitée que moi, par les images du film et encore plus en me voyant me masturber dans mon coin.

Elle ne dit rien mais répondit à mon invite, en se rapprochant et en posant une main sur ma poitrine. Doucement, elle commença à caresser mes seins à travers mon chemiser. La caresse était très agréable, surtout que mon chemisier était très fin. Elle savait s'y prendre.

Mon excitation repris et mon corps devint brûlant. Je n'allais pas rester calme longtemps. Je caressais alors sa cuisse. Mais trouvant le contact des bas peu satisfaisant, je remontais ma main vers le haut, encore plus haut. Je glissais sur sa peau nue et pensant trouver une quelconque culotte, je fus surprise de ne rien trouver. La belle était aussi nue que moi. Mes doigts finirent par atteindre sa petite chatte. Elle sursauta par tant d'hardiesse. Sa chatte était brûlante, humide et très juteuse.

Je ne pouvais plus tenir. Je glissais mon doigt sur ses lèvres. Elle gémit et s'écarta encore plus afin de me faciliter la tâche. Je lissais ses lèvres de haut en bas et de bas en haut.

Je continuais à me doigter la vulve tout en caressant la femme.

Je sentis alors une main sous ma jupe. Enfin, elle venait me donner un coup de main. Je l'aidais à me pénétrer de ses doigts et retirais ma main lui laissant tout le loisir de me faire jouir. Son autre main continuait de me caresser les seins. J'étais aux anges.

- Oui, continue!!! lui dis-je.

Mes doigts finirent par atteindre son clitoris. C'était géant. Son corps se tendit lorsque je me mis à m'occuper de lui. Ses caresses s'accélérèrent ainsi que sa respiration. J'avais la clé sur le bout des doigts, la clé qui allait lui ouvrir les portes du paradis.

J'excitais son bouton de plus en plus fort. Sa tête se posa sur mon épaule et ses dents me mordirent le cou et l'oreille. Sa respiration était plus courte et rapide et ses doigts me pinçaient le téton à travers mon chemisier. Les doigts de son autre main, me déchiraient la chatte. Jamais je n'avais été baisé aussi brutalement par une femme.

Cela me rendit folle. Je gémissais.

- Arraches mes poils, déchires mes chairs...

J'étais sur la tangente entre l'orgasme et la mort. Cette femme devint folle. Elle me prit par le cou et sa bouche alla mordre mes seins. Elle me dévorait comme une louve. Je ne lâchais pour autant pas mon attaque de son clitoris.

Se fut de trop pour elle et elle jouit avec violence. Voyant l'expression de son visage, j'explosais à mon tour. Mon corps s'embrasa sous l'orgasme qui m'envahissait. J'avais des éclairs dans les yeux. C'était divin.

Je restais enfoncée dans mon fauteuil, la tête de la femme sur ma poitrine. Elle s'assit ensuite plus convenablement dans son fauteuil remettant de l'ordre dans sa tenue. Nous étions deux femmes satisfaites sexuellement dans notre coin de salle. Les gens ne semblaient n'avoir rien remarqué de notre manège. Malgré l'intensité de notre rapport, on était resté très silencieuse.

Ce que nous avions vécu était dans notre tête maintenant et on rayonnait de bonheur toutes les deux. On se regarda une dernière fois, on sourit et on retourna au visionnage du film. Je fus à nouveau envahit d'une douce torpeur. Je me réveillais à la fin de la séance.

La femme était déjà parti, aussi silencieuse qu'à son arrivée. J'aurais pu avoir rêvé si mon corps n'avait pas gardé une trace du rapport que nous avions eu.

Je me masturbais souvent en pensant à cette aventure.

Un an plus tard, le film allait être diffusé sur une chaîne payante bien connu. Je trouvais tout de même bizarre qu'un film d'une si haute intensité sexuelle passe à une heure de grande écoute. Je mis les vêtements que j'aimais sentir sur moi lorsque j'allais regarder un film porno ou érotique, des vêtements qui me permettaient d'accéder à mon corps sans difficulté.

Le film passa sans que je ne retrouve la scène qui m'avait tant excité lors de sa projection.

Je me mis donc à cogiter. Qu'avais je donc bien vécu ce soir là? Étais-je en grande détresse sexuelle pour avoir inventé tout cela. Je n'avais pourtant pas vécu seule cette aventure. D'ailleurs, cette femme était elle bien réel? Je ne l'avais ni entendu s'installer près de moi, ni partir. Pourtant mon corps était belle et bien meurtri suite un intense rapport sexuelle et cela avait été bien réel.

Je n'avais aucune explication. Je regardais le film lors de chacune de ses diffusions sans rien trouvé d'anormale. Je l'enregistrais même.

Un soir, que je le regardais à nouveau mais tard, je m'endormis. Je fus réveillée par le bruissement lorsque la cassette passe une partie non enregistrée. Bizarre, j'avais enregistré sur toute la casette. Je pris la télécommande, me préparant à aller me coucher lorsque l'image revint. Il y avait une fille sur un canapé, nue, les jambes écartées, qui se masturbait avec vigueur. Elle regarda l'écran et sursauta. Je reconnu la blonde du cinéma. Elle sourit et retourna à son affaire. J'arrêtais la casette et la fille disparut. Je ne la remis en route qu'après un moment de réflexion. Il y avait une énorme paire de seins sur l'écran. La fille recula.

- Ha ça remarche. Dit-elle en rejoignant son canapé dans le plus simple appareil.

Elle reprit son affaire.

- Alors ma belle, tu étais moins timorée la dernière fois. Dit-elle. Elle prit un godemiché qui se trouvait près d'elle. Voyons si cela va te réveiller!

Elle se caressa alors l'intimité avec l'engin, gémissant doucement. Lentement elle le fit pénétrer en elle. Elle regardait l'écran de temps en temps. La scène m'excita et doucement je me mis à me masturber.

- Voilà, c'est bien dit-elle. Mets-toi nue s'il te plait.

J'obéis sans réfléchir.


- Superbe. J'avais bien apprécié tes nichons la dernière fois. Caresse les pour moi!

Je lui obéis à nouveau.

J'obéissais à une femme au delà de mon poste de télévision. J'aimais voir ce que je voyais. On se masturba alors, chacune de notre côté, elle avec un godemiché et moi avec mes doigts. On jouit toutes les deux en cœur, d'une intensité équivalente à l'autre fois, bien qu'il n'y au pas de contact physique.

Lorsque j'ouvris les yeux, la femme avait disparut. Je rembobinais la casette. Il n'y avait aucune trace sur la bande de sa présence.

Je me demandais alors, si je n'avais pas vécu une aventure dans un monde parallèle. Dans l'autre monde, le film si banale, était un film d'une grande intensité érotique et que j'avais pu voir, je ne sais pas comment, ce film ainsi que cette superbe blonde sexy.

A mon grand regret, cela ne se reproduisit plus comme si le faite de donner une explication à quelque chose d'irréel mettait fin à celui-ci, comme un fantasme qui, une fois vécu, ne produit plus le même plaisir lorsque l'on y pense.

Adieu donc, belle blonde.

6 commentaires:

Val a dit…

Hummm Romane... quel plaisir de pouvoir te relire...
j'espère que ce n'est pas un "adieu"
Baisers humides
val

Titia a dit…

C'est bizarre... Moi j'étais dans une salle de ciné samedi soir...
C'était 2012 !
Je suis étonnée cela ne m'as pas fait le même effet!! C'est normal docteur ????

Sourires...

sexshop a dit…

Moi aussi, j'y étais ...

Angèle et Ibid Norio a dit…

nous n'irons plus au cinéma de la meme façon...
merci pr ce moment fort !
A +

peter pan a dit…

super récit ,très excitant
je découvre avec plaisir ce blog et son auteur
bisous
peter

Anonyme a dit…

Hello, as you can see this is my first post here.
I will be glad to receive some assistance at the beginning.
Thanks and good luck everyone! ;)